Accueil / Article / Japon – Un rêve exaucé du Flyboard à Sansan beach

Japon – Un rêve exaucé du Flyboard à Sansan beach

Samedi 03 Septembre

La journée d’aujourd’hui va être très excitante pour moi, car je vais aller à Sansan beach (la plage d’a coté) pour aller faire des activités sportives. En effet, je dois faire du Flyboard (Jet pack de mer) et du wakeboard. Je commence donc par le Flyboard, il coute 6500 yens (54 €) pour en faire. Ce prix est plutôt raisonnable puisque j’ai vu d’autres locations sur internet à pas moins de   $150. Je ne serais pas pris en charge par Riki, notre moniteur ami de Miki, mais par un de ses collègues. Un gars aux cheveux longs décolorés à l’air surfeur. À la Brice de Nice Japonais.

Menu des prix
Menu des prix

Le flyboard

On m’équipe d’un casque, de mon gilet de sauvetage et les quelques instructions sont données à Kie qui se charge de me traduire. Des instructions très simples, pour commencer on se met à plat ventre, pour démarrer on se lève et on donne une impulsion avec les jambes. Il faut faire attention au jet-ski et au moniteur et pas les percuter. Bon, je pense que je peux le faire ! Go pro sur moi et Kie qui se prépare à me filmer, je m’attelle à la tâche. On m’attache la plateforme de jet pack aux pieds, on se dirige un peu plus loin, et je commence l’activité. J’ai du mal au début, il me donne le signal, je sens la pression sous moi, mais je perds l’équilibre à chaque fois. Je n’arrive même pas à sortir de l’eau plus de 2 secondes. C’est frustrant, mais d’une force !

Mais fort heureusement, après 5-6 essais, je commence à trouver mon équilibre jusqu’a tenir hors de l’eau. Me voilà enfin à vraiment utiliser le flyboard. C’est l’éclate au maximum! Le moniteur me fait des signes de donner des accoups de jambes pour me diriger à gauche ou à droite. Je m’exécute et effectivement ça fonctionne. Par contre quand vous atteignez une certaine hauteur, faites gaffes si vous tomber, un plat peut faire très mal, en faisant un salto arrière, j’ai atterri sur le visage, me suis pété la lèvre ! Mais ça valait le coup.

J’aurai aimé ne jamais m’arrêter, mais toutes les bonnes choses ont une fin, il est temps d’arrêter, le moniteur dit à Kie que je me suis super bien débrouillé, il me propose de me montrer deux trois technique que l’on peut faire une fois que l’on a bien maitrisé le flyboard. Il s’exécute à la tache, il fait des virages, le dauphin prend des positions de Yankee, on voit tout de suite le mec qui gère.

Le wakeboard (ou pas)

J’attends ensuite pour faire le Wakeboard, mais avant ça je dois payer, Riki me fait une fleur, je n’ai qu’a payer 4000 yens (33,4 €) . C’est super sympa de sa part ! En attendant mon tour pour le wakeboard, d’autres clients doivent passer avant moi, pas de problèmes je tue le temps en me baignant avec la petite Mei. L’eau est à très bonne température, le soleil est là le pied total.

Malheureusement, je n’ai plus le temps de faire le wakeboard, j’avais donné rendez-vous à un ami au Izakaya (bar) et nous devions rentrer pour 17 h, donc j’espère que ce n’est que partie remise !

Izakaya Okinawaien

Nous rentrons à la maison nous préparer pour aller au Izakaya, mais mon ami ne répond pas du tout, j’annule donc notre rendez-vous, mais on ne s’est pas préparé pour rien ! Nous allons quand même dans un Izakaya de type Okinawaien. Une des serveuses s’arrête de temps en temps pour nous chanter quelques chansons folklore. Les plats sont assez chers pour un Izakaya, en temps normal, les plats varient entre 150 et 300 yens (1,2 à 2,8) ici même le verre d’alcool coûte plus que ça. Un verre coûte 400 yens, un plat varie entre 500 et 700 yens (5 à 6 €) et la quantité n’est pas énorme! Kie me dit que c’est comme ça dans la plupart des Izakaya Okinawaiens, je suppose que cela inclut la musique en live. Sinon j’ai pu gouter aux Umibudo, ces fameux raisins de mer responsables de la longévité de la populace.

J’ai commencé un enregistrer le live, mais pas de films autorisés, c’est bien dommage j’aurais voulu vous montrer ça, j’ai quand même eu quelques secondes de vidéo. Après le live, nous voulons tous manger un bol de Ramen, direction Arashi le resto préféré des filles. Comme d’hab pour moi, le spécial de la maison au Soja. Les filles prennent un bol à deux, mais il est dégueulasse. La petite prend son menu enfant.

 

Un invité surprise

Miki a contacté un de ses correspondants Américain, il habite à Okinawa city, qui se trouve dans le nord. Il veut me rencontrer, nous l’attendons donc et nous donnons un point de rendez-vous dans un restaurant familial. C’est autour d’une glace que nous finissons la soirée, le mec est un ancien militaire de la Navy, il s’appelle « Jason  » divorcé d’avec sa femme Japonaise, il à une petite fille métisse. Il est plutôt sympa et j’ai eu l’occasion de lui poser plein de questions. J’ai fait en sorte de filmer en quelque sorte l’interview, mais dans le restaurant ça restera difficile à entendre.

Mei commence à piquer du nez, nous décidons de rentrer nous coucher ! Le lendemain risque d’être une soirée assez arrosée, puisque je vais voir les collègues de Kie dans un Izakaya !

 

Nhan votre petit gars.

A propos Nhan

Etudiant en école d'ingénieur informatique, j'adore les voyages et la nourriture!

Allez voir aussi

Documentaire – Japon Episode 4 – Un izakaya insolite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*