Accueil / Article / Japon – Okinawa Zento Eisa Matsuri ou le festival Eisa

Japon – Okinawa Zento Eisa Matsuri ou le festival Eisa

Bonjour à tous !

Un événement bien spécial

Le menu d’aujourd’hui est très spécial. Ah oui le spécial j’adore ça. J’ai eu l’opportunité en cette période et surtout cette occasion, de participer au festival Matsuri de Eisa. Commençons par une petite piqure de rappel, EISA c’est une forme de danse folklore originaire des iles d’Okinawa. Son origine tient de la danse  » Bon » qui était pratiquée par les jeunes de chaque communauté durant le festival Bon, pour honorer l’esprit des ancêtres. Elle a changé dans la période du 20e siècle et occupe maintenant une partie vitale de la Culture d’Okinawa. Pour le Matsuri c’est par ici.

Un peu d’histoire

Donc, je disais que cette occasion n’arrive qu’une seule fois par Année, et se déroule le premier week-end de la célébration de la naissance de la ville de « Koza » en 1956. À savoir que la fête dans laquelle j’ai pris part est la 61e édition ! C’est un festival typique d’ici qui représente bien l’été. Les organisations et les associations de jeunesse choisissent elles-mêmes les participants, la fête trouve d’ailleurs plusieurs sponsors et notamment la bière locale « Orion » . J’ai eu même un petit fou rire puisqu’une danse et une chanson EISA a été créé spécialement pour le coup de publicité, je me rappelle encore des paroles « Orion Beer wa ichiban dooooo~~~~ »

Parce qu’il faut bien râler un peu

C’est un Matsuri comme vous pouvez le retrouver dans la plupart des terres nippones, des stands de nourriture, des jeux et des stands de jouets. J’ai participé à un Matsuri l’année dernière et laissez-moi juste vous dire que niveau prix, c’est un peu tiré par les cheveux. Un gobelet de frites coute 600 yens (5 €) pour des maudites frites vous avez déjà vu ça ?

C’est juste pour l’ambiance qu’il faut y aller, mais si vous avez la dalle, préparez-vous à vider la caisse. J’adore quand même voir les robes traditionnelles telles que les Yukata, ainsi que les tenues d’été « Jinbei » c’est très coloré et les motifs sont magnifiques. Le festival d’Eisa est impressionnant, il fut difficile de se garer, et même pour circuler à pied, attendez-vous à atteindre la super vitesse de croisière d’une tortue. Il faut s’en tenir à un programme affiché sur internet et au stand d’information.

La danse Eisa et le festival de la bière

A peu près 10 différents groupes font le show de danse et tambour. Petits et grands, garçon et filles tous ensemble représentant le club et le sponsor dans les tenues traditionnelles.Il y à du monde, difficile d’avoir accès à la vue de près et j’ai du me débattre comme un lion pour arriver presque en face du show pour filmer les moments avec la meilleure prise de vue.

Le temps d’admirer quelques groupes, nous décidons d’aller rejoindre une amie à Kie, elle se trouve au festival de la bière « Orion » juste à côté. L’ambiance y est largement différente, un petit groupe chante des chansons, cela me rappelle des connotations mexicaines un peu à la gipsy King. On dirait plus un concert rempli de gens saoul et dansant de partout. À peine arrivé que son amie me donne déjà une bière à boire.

La bière est très douce par rapport à celles que l’on a en France, l’ambiance n’est pas malsaine du tout, je me joins donc à cette cohue de danseurs pour fêter ça dignement.

Le matsuri

Je regarde ma montre, zut ! 15 min avant que « Hanabi » commence, ben oui chaque Matsuri finit toujours par un happy ending. Un feu d’artifice quoi, mais celui-ci était un peu spécial. Avant que le feu ne commence, nous avons eu droit à un spectacle de jeu de lumière. Vraiment sympa ! 10 Minute de spectacle et voilà qui conclut la soirée en beauté. Mais c’est à ces moments là que les choses sérieuses commencent, vous imaginez bien qu’il y a du monde. Que se passe t’il quand tout est fini ? Ben oui question rhétorique… Tout le monde rentre chez soi!! OK, mais tu veux en venir à quoi ? Ben vous savez bien ? Bouchons bouchons.

Après l’effort pas de réconfort

Eh oui on n’y échappe pas! M’enfin, ça valait le coup de rester, mais si je peux vous donner un conseil. Lors de ces festivals, si vous comptez rester, aussitôt que cela se finit, prenez vos clics et vos claques et rentrez au plus vite. Ou bien alors observer le feu d’artifice d’un autre endroit ou voir carrément proche de votre transport. Mais mon conseil s’applique un peu partout n’est-ce pas? Après si vous avez de la répartie vous me direz « oui mais on est pas au bon endroit peut être qu’on loupe des choses » et je vous répond que vous avez raison! Donc un mal pour un bien ou un bien pour un mal, à vous de choisir votre peine !

Mangeons peu mais mangeons bien

Pour finir la soirée, nous commandons un « obento » ces petites boites repas, pour ma part c’est un « hamburg fromage » petit steak hamburg avec son riz et salade pour la modique somme de 650 yens (5,4 €). J’ai pu me remplir le bide. En n’oubliant pas mon petit dessert, une barbe à papa au sucre d’Okinawa, pour 550 yens (4,85€).

J’ai fini la soirée à la maison histoire de rattraper la rédaction de mes articles, le transfert de mes vidéos et j’en passe parce que ces derniers jours on va dire que je n’avais pas mal de retard. C’est tout pour le moment !

A propos Nhan

Etudiant en école d'ingénieur informatique, j'adore les voyages et la nourriture!

Allez voir aussi

Documentaire – Japon Episode 4 – Un izakaya insolite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*