Accueil / Article / Japon – Shikinaen les jardins de Shikina

Japon – Shikinaen les jardins de Shikina

Japon – Shikina En les jardins de Shikina


Bonjour à tous !

Hier direction Naha pour visiter les Jardins de Shikina qui sont classées héritage mondiale par L’unesco. Pour la somme 400 yens (3,10 euros). Ces fameux Jardins constamment entretenus. Ces jardins étaient les quartiers du roi en venant de son château de Shuri. On peut y voir des pavillons traditionnels dans lesquels le roi ou d’autres personnes pouvaient y admirer le petit lac en plein centre de Shikina. Nous pouvons d’ailleurs nous balader dans ce pavillon, mais ne pas oublier de vous déchausser. Les jardins sont vraiment magnifiques et l’ambiance y reste très sereine. À mon grand étonnement, l’endroit est assez conséquent et nous avons de quoi passer une petite heure pour faire la balade. Je ne pourrais vous faire la description donc je vous laisse apprécier les photos et par la suite les vidéos.

Shikina
Shikina arrivée sur le lac
Udun palace
Le palace Udun
Vue
Vue Interieur
Kitchen
Cuisine Intérieur
Quartier interieur
Jardin du palace
Ponton
Petit pont attention ça glisse
Point d'observation
Vue sur le sud de Naha du point d’observation Kankou-Dai

La balade finie direction un centre commercial pour y déguster une spécialité d’Okinawa :

« Le Zenzai » qui est un type de « kakigori » vous savez la fameuse glace pilée surmontée de sirop parfumé, très consommée en été. Eh bien le Zenzai est un Kakigori surmontée d’une coulée de lait concentré et accompagné de Mochi (petites boules de farine de riz sucrée de consistance molle un peu caoutchouteuse) et de ses graines de Kintoki qui ressemble aux graines Hazuki mais ne sont pas exactement la même chose. Tout simplement un pur bonheur pour les amateurs de sucré. La taille normale vous reviendra à 400 yens (3,10 euros).

Glace
Zenzai en préparation

Les lèvres sucrées nous rentrons à la maison pour nous reposer, car la nuit sera longue, en effet nous avons prévu de passer la soirée dans un club d’Okinawa à Kokusai Dori. Ce club du nom de « Cordon Yellow » est réputé pour y jouer des musiques des années 60 70 et 80. Pour la somme de 2000 yens (16 euros) pour les filles, et 2500 yens (20 euros) pour les hommes, nous pouvons entrer dans le club, il faut réserver une table gratuitement à l’avance par téléphone. D’ailleurs en rajoutant 500 yens (4 euros) nous pouvons avoir les boissons à volonté et la nourriture avec. Pour 500 yens on ne peut pas s’attendre à quelque chose qui casse des briques et c’était effectivement le cas.

Vous vous le demander surement déjà et je vous réponds très franchement, il n’y a pas grand monde dans ce club, et la tranche d’âge varie entre 30 et 50 haha. Mais je reste un mec old school et la musique des 80’ s reste à jamais dans mon jeune cœur. Il est drôle d’aller sur la piste de danse quand nous sommes les seuls Gaijin, les gens vous regardent comme si vous étiez la nouvelle attraction de l’année !

Quelques heures à passer dedans appréciant la musique et se goinfrer, et direction un autre club du nom de « Saicol » déjà l’entrée y est plus strictes, le premier club est passé crème pas de demande de passeport ni rien, mais là on me prend mon passeport et on me check de haut en bas, les videurs sont des étrangers comme moi d’ailleurs. On prend en note mes informations. Ma sœur elle no problem… Haha ai-je l’air un peu louche à votre avis ?

A l’intérieur l’ambiance y est carrément différente, du son très tournée hip-hop à fond les basses, des étrangers masculins de partout et beaucoup de Japonaises. Vous vous en doutez bien n’est-ce pas ? Les filles viennent ici pour une chose bien précise, se trouver un Gaijin. Je ne parle pas des hommes bien sûr, du moment que ça bouge ils ne sont même plus trop difficiles.

À 2000 yens (16 euros) l’entrée pour les filles et 2500 yens (20 euros) pour les hommes, 7 types de boissons sont servies gratuitement ce qui peut justifier éventuellement le prix. Sur la plupart des étrangers que j’ai pu voir, 80 % de ces derniers sont repartis accompagnés d’une demoiselle à leur bras. Il est très facile donc de « serrer ».

La soirée se finit vers 5 h du matin et la piste de dance devient de plus en plus vulgaire. Les couples « fraichement » rencontrés avec un coup dans le nez se touchent en catimini et s’embrassèrent langoureusement. Il est temps de partir.

Par rapport aux boites de nuits françaises, l’ambiance reste quand même plus sereine et on s’y sent moins agressé, les hommes viennent ici pour un but mais comprennent le sens du râteau et n’en deviennent pas agressif pour autant. Point bonus pour eux ou du moins de ce que j’ai pu en voir jusqu’à présent.

Il est temps de dormir, car demain se veut un festival d’été le fameux Matsuri donc restez  à la page !

Nhan votre petit gars

 

A propos Nhan

Etudiant en école d'ingénieur informatique, j'adore les voyages et la nourriture!

Allez voir aussi

Documentaire – Japon Episode 4 – Un izakaya insolite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*