Accueil / Article / Japon – Une aventure au Château de Shuri

Japon – Une aventure au Château de Shuri

Japon – Une aventure au Château de Shuri

Bonjour à tous !

 

En ce lundi 03 aout, je me retrouve à partir à l’aventure avec ma sœur. Pourquoi dis-je ça ? Tout simplement parce que ma copine travaille, les vacances sont finies pour elle du moins temporairement. Il a été décidé d’aller avec elle en voiture jusque l’aéroport, et ensuite de prendre le monorail qui est un train en hauteur de la ville.

Ce petit train très moderne possède une climatisation des plus agréables. Le cout d’un ticket est de 700 yens (5.5 euros) pour un pass valable 24 h sur toute la ligne. La ligne de l’aéroport est le terminus. On compte une 15aine d’arrêt avant d’arriver à l’autre terminus qui n’est autre que Shuri.

Encore une fois je suis impressionné par le respect dont font preuves les Japonais. Rien à voir avec Paris, ici on laisse les gens sortir et ensuite on monte, ce n’est pas premier arrivé et premier servi, mais une queue en ligne est faite avant de monter. Voilà ce que j’appelle du bon sens, rien de comparable, les transports en commun de Paris ou j’ai l’impression d’avoir affaire à des animaux rentrant dans leur cage en furie.

Arrivée à la station Shuri, il s’agit maintenant de trouver le chemin pour aller au château. D’après les infos que j’ai pu voir, il faut 20 min de marche pour y aller. De bon train et la jeunesse fougueuse nous partons à l’aventure direction le château de Shuri ou Shurijo ! Perdu dans cette jungle de béton, j’aperçois un panneau qui donne accès aux remparts du château. Une bonne marche de 15 minutes avec vue sur le paysage urbain, nous arrivons au château. Il est blindé de touristes principalement chinois et quelques coréens.

Nhan & Linh
Sur la route en direction du château

Nous achetons deux tickets et j’aperçois une réduction de 20 % si nous montrons notre « 1 day pass » allons donc. Cela passe de 820 yens à 660 yens (6,4 à 5 euros) le ticket. Je dirais que le château en lui-même est l’attraction principale, mais les alentours du château sont aussi intéressants. La marche sur les remparts, la visite des jardins, des portes d’entrée, etc.… En fait un charme certain.

temple
Tennyo-Bashi avant d’entrer dans Shurijo
porte
Une des portes d’entrée
Nhan court
Hello

Arrivée dans le court central, direction l’enceinte du château, à l’entrée on nous donne des sacs plastiques. Il faut se balader à l’intérieur sans les chaussures ! Certaines parties de Shurijo ne sont pas autorisées à être filmé et d’autres OK. Je ne comprends pas pourquoi m’enfin passons. On y aperçoit les jardins personnels du roi. Ah vous entendez roi !? Eh oui ! Okinawa dans l’ancien temps (du XIV au XIX siècle) était un Kingdom ! Ou un royaume si vous préférez.

On appelait ça le Royaume de Ryukyu. Ce royaume à l’époque avait de grandes relations avec l’empire chinois et coréen, du moins des relations tributaires commerciales. Une chose intéressante à notifier, les Okinawaïens ici sont fiers d’appartenir et d’êtres les descendants de ce royaume. Certains vous diront même qu’ils ne sont pas Japonais, ils sont Okinawaïens ! Cela est dû à la guerre de 1872 et qui se termina en 1879 avec lequel, les ryukus sont annexés par le Japon.

Shurijo a souffert énormément que ce soit des incendies ou la guerre, et si l’on peut le visiter à ce jour c’est grâce à la restauration et maintenance de ce dernier. Il n’est d’ailleurs pas terminé et je rajouterais plus tard des détails sur le Château en lui-même. Appréciez maintenant les photos.

siège
Linh et le siège du roi
porte
Une porte d’entrée
replique
Replique en bois
Linh entrée
Grande entrée
canard
En revenant on se fait des copains!

Il est temps de se diriger vers « Kokusai Dori » pour aller finir nos balades, je vais consacrer le prochain article à Kokusai Dori justement donc j’éviterais d’en parler ici. La soirée s’est terminée dans un restaurant du nom de « Bikkuri Donkey » spécialisé dans un plat que les enfants adorent ici. Le « Hamburg » non non ce n’est pas le hamburger je n’ai pas fait de fautes ici on le prononce Hambâgu. l’hambagu est un mélange de viandes de porc et de bœuf, tous deux hachées. On trouve dans les supermarchés japonais des préparations déjà toutes faites appelées Aibiki-Niku. Avec ça on n’a plus besoin d’acheter les deux séparément. À noter que ce plat est principalement cuisiné à la maison, et on ne trouve pas ces restaurants à tous les coins de rue.

manger
Les filles ont la dalle

J’ai pu faire d’une pierre deux coups en commandant un plat qui est le hambagu en question et l’omurice. L’omuraisu est un plat très apprécié aussi des enfants, vous pourrez dire qu’aujourd’hui Nhan est un grand enfant…

Le plat est souvent consisté de chikin raisu (riz au poulet, riz revenu à la poêle avec du poulet et du ketchup enrobé par une omelette. Souvent, le riz est cuit avec de la viande que ce soit du poulet et/ou des légumes, et peut être aromatisé avec du bouillon de bœuf, ketchup ou autres.

Pour la somme de 1142 yens (9 euros), j’ai eu droit à mon steak de 110g et mon omelette ! Regardez-moi les bêtes en question !

Miam
Hambagu et Omurice sauce crème

La journée bien remplie, il est temps de rentrer

 

Nhan votre petit gars

A propos Nhan

Ingénieur Informatique, baroudeur occasionnel, amateur de photographie et production de documentaire / article amateurs. Enthousiaste culinaire. Dingue de culture Asiatique depuis tout jeune. J'ai pris gout aux voyages que je fais seul ou bien accompagné !

Allez voir aussi

Documentaire – Japon Episode 4 – Un izakaya insolite

2 commentaires

  1. Souvenirs, souvenirs ! <3

  2. Ko Huyen

    J’aime bien la robe bleue de Linh. She looks beautiful in it! And U2 matched in blue 2!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*