Accueil / Article / Japon-Un anniversaire pas comme les autres

Japon-Un anniversaire pas comme les autres

Bonjour à tous, donnons un peu de nouvelles depuis le pays du soleil levant

Hier c’était l’anniversaire de ma soeur Linh, il s’agissait de l’occuper toute la journée afin de préparer sa fête d’anniversaire. Elle fut attirée par une session de French manucure avec la grande soeur de ma chérie. Sur le chemin nous nous arrêtons au McDonald vous me direz, mais quel c** il est au Japon et il va au McDonald, alors attendez d’abord mes explications. La référence du coût de la vie reste très certainement le McDo pour juger un peu. En effet connaissant le prix d’un menu big mac,frite coca, on peut comparer facilement. Donc pour en juger par vous même, le prix est de 650 yens donc 5 € le combo en format moyen. Une différence de 1.70 € comparée en France et de plus je dois dire qu’ici les frites sont fraîches et croustillantes. Vous pouvez juger vous-même sur la photo ci-dessous. J’ai testé un burger que je connaissais pas du nom de « Quarter pound cheese», pour moi c’est un big mac sans salade quoi…

Menu Mcdo
Les prix à voir

Après ce repas très rapide, j’ai été à Nishihara donc pour y faire les boutiques, visiter un peu, faire les fameux purikura, ces machines disponibles dans la plupart des games centers tendent à être popularisées par la communauté des « jeunes », que ce soit garçon ou filles, ils en raffolent tout simplement. Quoique je dirais quand même que la gent féminine soit plus friande de ces derniers. Le principe est simple, on paie 400 yens pour entrer dans une cabine qui possède son thème. Que ce soit blanche neige, rose bonbon et je ne sais autre thème « Kawai » on y entre et on choisit sur l’écran tactile les poses, le fond d’écran et c’est parti pour une dizaine de clichés dans des poses prédéfinies. À la fin de ces clichées, on nous renvoie vers un autre panneau tactile dans lequel on y rajoute différents éléments. Se grossir les yeux, appliquer du rouge à lèvres en automatique, une couche de maquillage, des autocollants kawai et j’en passe. Comme je disais donc, on édite ces photos dans un temps imparti de 140 secondes (il faut savoir ce que l’on fait) et j’avoue moi-même que j’étais complètement perdu. Ne parlant que très peu japonais et encore moins capable de lire correctement, vous me laisser devant ces machines et je perds un boulon voir deux. Enfin, passons ces détails, les filtres appliqués, les photos sont imprimés et on nous propose de les envoyer par mail (bien sûr il faut avoir un email japonais), sinon elles sont disponibles à récupérer plus tard sur leur site qui génère une URL. À noter que deux photos au format numérisé sont gratuites, si vous voulez le reste il va falloir rallonger quelques yens. Voici ci-dessous le résultat en question.

Purikura
Kawai?

Trop de choses kawai, il est temps de passer aux choses sérieuses ! Direction la petite pâtisserie très réputé de Okinawa, du nom de « Petit Sweet », elle ne paie pas de mine, mais l’intérieur est très mignon. Nous avons les vitrines disposant des petites pâtisseries qui sont en ventes, car oui cet endroit fait aussi salon de thé, au fond nous pouvons observer les pâtissiers à l’oeuvre derrière une vitre, vous verrez cela sur le documentaire plus tard quand j’en aurais fini avec les éditions, en attendant voici l’insigne. Le gâteau est un gâteau au chocolat crème chantilly pour la somme de 6,000 yens ce qui fait 46 € je dirais qu’un gâteau comme celui-là doit être a 15 € en France, mais bon, je suppose que la pâtisserie au Japon n’est pas quelque chose de si commun.

Petit Sweet
La patisserie de Okinawa bien réputée

Ceci étant fait, nous nous dirigeons vers l’endroit du rendez-vous, il a été choisi de rester dans un izakaya pour y célébrer l’anniversaire. Le concept de l’izakaya est similaire aux brasseries ou bistrot Français à l’exception du prix, de l’accommodation et de la nourriture servis, en effet habituellement on y loue une petite pièce (gratuitement) pour pouvoir discuter autour d’une table, que ce soit sur des tatamis ou dans une salle munie de chaises. C’est donc un lieu où l’on sert des boissons alcoolisées ; très fréquentées le soir, on y boit de l’alcool tel que des cocktails, saké ou bière et on peut commander des plats chauds ou froids que l’on se partage entre amis ou collègues dans une ambiance décontractée. La carte, plus ou moins élaborée, va de quelques plats simples à une carte presque gastronomique. On appelle parfois les izakaya akachōchin (lanterne rouge) en raison des lanternes en papier rouge traditionnellement suspendues à l’entrée des débits de boissons alcoolisées. Le mode de vie du citadin japonais et en particulier du salaryman en fait de loin le premier consommateur au monde de restauration hors foyer. Dans ces conditions, l’izakaya est autant un lieu de consommation que de socialisation. Pour ce choix, l’avis s’est porté vers un izakaya un peu spécial du nom de « Ugokumachi » littéralement en Anglais qui signifie « Moving town » ainsi en Français cela ferait la ville en mouvement. Le concept est assez unique puisque le thème abordé est un thème qui porte vers la fantaisie. Un genre de « GHIBLI » vous savez ces fameux films d’animation qui font fureurs, crée par le cher Hayao Miyazaki ses chefs-d’oeuvre tels que Princesse Mononoké, le voyage de Chihiro et j’en passe et des meilleurs. Eh bien là en y entrant on y trouve une ambiance très sombre et des décors uniques. On se fait accueillir par le serveur et il nous emmène vers l’endroit réservé qui porte le nom de « the cave » littéralement la grotte. C’est très original, on y a loué une petite pièce qui ressemble à une grotte, accessible en s’accroupillant, on y entre et on dispose d’une table et de coussins pour s’asseoir autour.

Les plats comme on le dit, sont vraiment abordables, entre 380 et 580 yens nous avons de quoi faire, de plus une offre « all you can drink » nous permet de faire des économies, mais surtout de goûter à toutes sortes d’alcools et cocktails, pour la modique somme de 980 yens nous pouvons durer toute la soirée avec a la carte plus de 50 cocktails tout uniques ou standard tels que les bloody Mary, tequila sunrise et autres. Nous avons commandé des plats tels que le Tompei Yaki, Agedashi Tofu, Torinankotsu, Edamame, une assiette de frites, Black garlic chahan(un genre de riz cantonais noir) et du Ningiku Butter Chicken pour les prix respectifs de 380,380,380,380,580,490 yens. Ces plats seront présents sur le documentaire vidéo plus tard. Pour l’anniversaire j’ai donc invité toute la famille, et pour de l’alcool à volonté le soir, je dois dire que j’ai payé un prix relativement abordable. À ajouter que des taxes de 8 yens sont à rajouter tous les 100 yens. J’en ai eu pour à-peu-près pour 8300 yens->65 € avec taxes. Cela n’a pas de prix pour voir le sourire radieux de cette jeune fille n’est-ce pas ?

NB:D’autres thèmes sont disponibles tels que « flower garden » « the bedroom« , « crushed shuttle »

Nhan votre petit gars

A propos Nhan

Etudiant en école d'ingénieur informatique, j'adore les voyages et la nourriture!

Allez voir aussi

Documentaire – Japon Episode 4 – Un izakaya insolite

4 commentaires

  1. Trop Cool ! Ca a l’air « abordable » au japon ! A quelle hauteur se trouve le salaire moyen d’un japonais ?

    • Le salaire moyen à Okinawa est de ¥255,890 avec heure supp ou ¥89,963 pour ceux a mi-temps ce qui fait 2000€ ou 700€ !

  2. Ko Huyen

    Le rapport Salaire au prix des loisirs est tres haut, baser sur les chiffres mentiones. C a peu pres Le meme cout de vie qu’en FR/Europe. Maintenant faut voir sur les taxes (impots sur salaire). Sur 2000€/mois combien est Le net-in-the pocket?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*